Games Connection
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Games Connection


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 [Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Inq
Invité



[Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ... Empty
MessageSujet: [Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ...   [Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ... EmptyVen 2 Juin - 22:57

[Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ... MGA200


Moins d’un an après le premier épisode qui n’avait pas soulevé un grand enthousiasme, loin de là, Metal Gear Acid 2 vient renvoyer quelques influes nerveuses à ce jeu de cartes qui avait à son insu des vertus soporifiques et de nombreuses lacunes à combler. Entre autres améliorations, cette suite se voit dotée d’un accessoire pour le moins original puisque des lunettes 3D sont fournies, permettant de traverser tous les niveaux le nez collé sur la console où se fixent ces binocles hi-tech. Pour autant, voir le monde en 3D ne signifie pas qu’il est forcément meilleur, et c’est ce que nous allons constater avec Metal Gear Acid 2.

[Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ... MGA201


Solid Snake ? Non, Amnésique Snake

Grande nouveauté de cette suite, à la limite du jamais vu, on retrouve un Solid Snake devenu amnésique pour une raison totalement inconnue. Pris en otage avec ses compagnons du moment, un agent du FBI contraint Snake à infiltrer la société SaintLogic, en échange de quoi ses amis lui seront rendus. Rapidement la situation dégénère et si le premier objectif était juste de récupérer un fichier informatique pour compromettre cette entreprise douteuse, lorsque l’armée déboule et prend le contrôle des opérations, il en va tout autrement de la mission. On vous intime l’ordre de mettre fin aux agissements de Koppelthorn, un professeur fou entré en possession du dernier Metal Gear à la mode qui est justement fabriqué en douce à SaintLogic. Mais cette fois Snake n’est pas seul, et une autre espionne du nom de Venus vient le rejoindre. La belle a un caractère en acier trempé, et non seulement elle est sûre d’elle, mais en plus d’être un top modèle à forte poitrine, elle est également une tueuse hors pair qui n’éprouve aucun remords à éliminer tout ceux qui se trouvent sur son chemin. Reste que l’histoire est relativement banale pour un Metal Gear, et que même si elle connaît quelques rebondissements, elle ne devrait surprendre personne. Notons qu’il vaut mieux être un fan de la série depuis ses débuts pour pleinement profiter du jeu car les références aux anciens épisodes sont très nombreuses.

Pour le reste, le concept du jeu reste le même. Basées sur des cartes qui constituent notre main, les actions impliquent un nombre de carte à jouer qui ont toutes un coût. Ainsi, on détermine le nombre total de points dépensés à faire diverses choses, ce qui détermine également l’ordre d’action des personnages à l’écran qu’il faut constamment surveiller. Il va de soi que les bonus permettant de réduire le coût total d’un tour de jeu ne sont pas à négliger car moins on a de points d’action en attente, plus notre tour revient vite. Les cartes, au nombre annoncé de 500, hors améliorations sur lesquelles nous reviendrons, regroupent un peu tous les cas de figure de ce que peut faire un Solid Snake. Se déplacer et attaquer au corps à corps, s’équiper d’une arme ou d’une protection, s’équiper d’un accessoire comme des lunettes thermiques, utiliser des armes diverses allant du pistolet 9mm au Metal Gear Rex en passant par les grenades, se soigner ou soigner son partenaire, utiliser une carte bonus, utiliser une carte spéciale (correspondant généralement à un personnage connu de la série), et ainsi de suite. Le tout permettant d’atteindre divers objectifs comme la protection de civils, la récupération d’armes, ou l’élimination d’un boss.

Après un petit tutorial explicatif, on constate que les déplacements sont autrement plus agréables que pour MGA. Fini l’arrêt idiot devant une porte puisque l’on peut à présent la franchir avec le nombre de cases qu’il nous reste. Fini aussi l’obligation stupide de dépenser des points pour tourner sur soi-même car on peut le faire pendant que l’on se déplace, et en fin de course. Même chose pour se mettre à terre et se relever, ou donner une claque à un garde en passant. En contrepartie, le jeu souffre du même problème d’activation que son grand frère, et les ennemis sont encore et toujours immobiles tant que vous restez à une certaine distance d’eux. Difficile dans ce cas de prévoir la moindre approche tactique puisqu’il faut s’avancer jusqu’à ce que ces derniers daignent bouger et nous donner alors une indication sur leurs mouvements. Il en résulte généralement qu’alors que l’on approche prudemment en se mettant à couvert, on découvre que c’est justement à l’endroit où nous sommes que se rend régulièrement le garde que l’on visait et qui pendant les 10 tours de jeu précédent n’avait pas bougé un orteil. C’est d’autant plus énervant que les ennemis semblent avoir des mains constituées uniquement de cartes de déplacements et d’attaques car quoiqu’il arrive, jamais un adversaire ne se retrouvera en situation de ne pas pouvoir vous tirer dessus s’il peut le faire, alors que dans notre cas, il faut compter sur la chance car à moins d’avoir blindé son jeu d’armes, on est souvent dans l’impossibilité de riposter. Jouant ainsi de situations frustrantes à répétition, Metal Gear Acid 2 ne parvient pas à trouver la recette pouvant faire de lui un vrai jeu tactique et encore moins un jeu passionnant.

[Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ... MGA202


En manque d’équilibre

Les missions s’enchaînent donc toujours sur le même format où l’on prépare son jeu en sélectionnant les cartes que l’on veut utiliser. Si le cœur nous en dit on peut dépenser les points d’expérience acquis en achetant de nouvelles cartes ou en améliorant celles que l’on a stock sachant qu’une carte ne peut subir qu’une seule amélioration dans sa vie. Et si l’on se trouve en manque de points, on peut compter sur le mode Arène qui permet de renflouer plus ou moins facilement son capital. Dans ce mode, on affronte divers boss des Metal Gear Solid 2 et 3 comme Vamp, Liquid, The Boss ou Ocelot. Malheureusement, il y a définitivement un problème de réglage de la difficulté car jusqu’à ce que vous rencontriez Venus, et que par conséquent vous ne pouvez compter que sur vous-même, le jeu est relativement difficile vu la puissance et l’acharnement dont font preuve vos adversaires en surnombre. A l’inverse, une fois que la demoiselle vous a rejoint, le jeu devient d’une simplicité enfantine puisqu’à nombre égal, vous constaterez rapidement que la console ne sait plus quoi faire et accumule les erreurs stratégiques n’hésitant pas à faire de vos adversaires qu’ils se tirent dans les pattes. Vous pourrez alors enchaîner rapidement les affrontements, et gagner par la même un bon paquet de points sans trop vous fatiguer. Un mode complètement gâché et en plus pénalisé par le manque d’arènes puisque l’on fait vite le tour de celles mises à disposition qui se comptent sur les doigts d’une main.

Et pourtant on se prend à apprécier les graphismes qui en changeant du tout ou tout pour virer du côté d’un cell shading réussi, attirent irrémédiablement l’œil. Le SnakeEye qui permet de voir le jeu en 3D apporte un petit plus, même si son utilisation n’est pas des plus agréable, la faute à une vision trop restreinte de l’écran qui oblige à bouger la tête continuellement pour lire les informations en coin. Cédant aux sirènes du marketing mammaire, MGA2 amène avec lui son lot de demoiselles à forte poitrine, comme le professeur Takiyama dont les énormes attributs continuellement bondissants n’ont rien à envier à ceux d’une Ayane ou d’une Kazumi de Dead or Alive. Même constat pour Venus qui non contente d’avoir également été très gâtée par la nature, passe son temps à sautiller sans raison autre que de faire briller les yeux des joueurs mâles qui n’auront pas non plus manqué de remarquer les nombreux plans de caméra qui montre l’espionne sous toutes les coutures. De là à dire que c’est un artifice pour scotcher le joueur à son écran... Car malgré tous ses efforts esthétiques, MGA2 manque aussi le coche de la convivialité en oubliant quelques fonctions de base comme la possibilité d’organiser et sauvegarder plusieurs jeux de cartes. La gestion de la caméra est toujours aussi peu pratique puisque offrant une vue trop éloignée des niveaux, et beaucoup trop à la verticale, alors que l’on aurait sincèrement aimé pouvoir regarder autour de soi avec une vue subjective ou utiliser de petits drones de reconnaissance. Les niveaux souffrent quant à eux d’une conception trop linéaire, basée essentiellement sur des couloirs où il est très difficile d’éviter les affrontements. Du coup, les missions tournent en général au carnage total assez vite, et on regrette le manque de possibilités d’infiltration pour un résultat finalement assez éloigné du concept original. Metal Gear Acid 2 est un jeu définitivement bourrin, vous êtes prévenus.

Plus ennuyeux, le mode multijoueurs est devenu un jeu de pur hasard basé sur les cartes que vous aurez ou pas au bon moment. Alors que le premier épisode se basait logiquement sur la ligne de vue des personnages pour afficher ou non vos adversaires, MGA2 joue la carte du « je vois tout le monde comme en offline ». Une aberration qui détruit complètement le semblant de côté stratégique qu’il restait au jeu puisqu’en connaissant la position des autres joueurs, il ne vous reste plus qu’à compter sur la chance en espérant avoir les cartes les plus appropriées à la situation. Incroyablement gâché par cette possibilité de voir les autres joueurs, ce mode ne présente qu’un intérêt très relatif, pour ne pas dire insipide, même si l’on peut se consoler avec une durée de vie correcte puisque selon votre rythme, il ne vous faudra pas moins d’une quinzaine d’heures pour terminer l’aventure principale, et vous pouvez rajouter quelques heures pour le mode Arène si tant est que vous vouliez vous attarder dessus. Impossible par contre de se prononcer sur l’intérêt de la liaison avec Metal Gear 3 Subsistence sur PS2 puisque ce jeu n’est toujours pas disponible en Europe. Enfin, les bonus laissent souvent dubitatifs. Certes les mâles ont souvent besoin d’avoir matière à fantasmer mais dans un Metal Gear Solid, on se demande ce que viennent faire des vidéos de mannequins asiatiques à moitié à poil en train d’astiquer un flingue ou de ricaner bêtement devant la caméra. Fort heureusement, les autres vidéos en 3D dédiées au SnakeEye sont déjà plus intéressantes puisque reprenant diverses cinématiques de Metal Gear Solid 3, mais en japonais, ce qui oblige à régulièrement regarder vers le bas de l’écran pour lire les sous-titres.

[Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ... MGA203


Mal pensé de bout en bout

S’il est indéniable que ce Metal Gear Acid 2 a progressé sur sa partie solo, gommant certaines lourdeurs et donnant un rythme un poil plus nerveux aux missions, il n’en demeure pas moins toujours aussi en décalage avec ce qu’on attend d’une telle licence qui exploite ici quelques ficelles faciles du marketing, grosses poitrines des héroïnes et vidéos sans intérêt de mannequins à l’appui. Le mode multijoueurs à l’inverse est devenu inconsistant et résume les parties à du tirage au sort dont celui qui tombe sur les bonnes cartes sort inévitablement vainqueur. Encore largement perfectible, cette série ne trouve donc toujours pas ses marques malgré son séduisant habillage graphique, et elle cherche encore un équilibre qui lui donnerait une véritable dimension stratégique intéressante, et non un ersatz de jeu de hasard mal fini. Les fans y trouveront sans doute un peu leur compte, les autres passeront leur chemin bien vite.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Les Tests de l'Inquisition] ... Metal Gear Ac!d 2 (PSP) ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Games Connection :: L'UNIVERS DES JEUX VIDEO :: CONCOURS DES MEILLEURS TESTS-
Sauter vers: